Chapitre 170 - Paradoxe

Aller en bas

Chapitre 170 - Paradoxe

Message  Schlangan le Jeu 19 Avr 2018 - 10:25

Suite à la mort de Lauréline, Schlangan venait d'ouvrir un portail temporel. Il entra ainsi dans le couloir du temps. Mais étonamment, le temps avait dores et déjà stoppé à l'extérieur, alors qu'il devait continuer normalement. Schlangan avançait dans le couloir, et la gardienne du temps apparut sur sa route.

Schlangan : Evidemment.
Zeit : Nous le savions déjà, je suis obligée d'intervenir.
Schlangan : Oui. Mais pourtant, tu ne seras pas en mesure de m'arrêter. Le paradoxe temporel sera créé.
Zeit : C'est ce vers quoi tout se dirige. Mais j'ai mon propre rôle. Quoiqu'il en soit, je dois tenter de l'empêcher.
Schlangan : Oui. Mais je me demande si toi, la gardienne du temps, tu peux déroger à tes propres obligations. Dans quelle mesure peut-on désobéir au cours du temps.
Zeit : Nous ne pouvons pas.
Schlangan : Bien. Alors essaie de m'arrêter, si tu le peux.

Schlangan avança tranquillement en direction de Zeit, passant à côté d'elle. La gardienne du temps tendit alors le bras vers Schlangan, et une porte se forma devant lui.

Zeit : Tu devras passer cette porte si tu veux continuer.
Schlangan : Soit.

Schlangan ouvrit la porte, et la passa. Il se retrouva alors à un endroit qu'il avait déjà vu. Il se trouvait dans un vide étrange, où les alentours étaient composées de lumières pourpres et jaunes qui oscillaient. Tout comme la fois précédente, Schlangan marchait sur un sol invisible. Zeit apparut de nouveau devant Schlangan.

Schlangan : Je suis déjà venu ici.
Zeit : Oui. Hors de l'espace et du temps.
Schlangan : Par là où passent mes brèches spatiotemporelles.
Zeit : Exactement.
Schlangan : Que devrais-je faire ? Détruire cette dimension ?
Zeit : J'aimerais dire que ce n'est pas possible.
Schlangan : Tu aimerais. Effectivement, vu que je suis largement au-dessus de 20 zénos, les mêmes règles ne fonctionnent pas.
Zeit : Oui. Mais si ce non-endroit atemporel est détruit, plus aucune brèche ne sera possible, le temps sera figé éternellement, l'espace unifié. Il n'y aurait plus rien.
Schlangan : Cela ressemble à la volonté du Néant.
Zeit : Non, car même le néant lui-même ne serait plus. Il n'y aurait pas un monde vide, il n'y aurait pas de monde, et il n'y aurait pas rien non plus.
Schlangan : Un subtil choix de mots.
Zeit : Tant que tu ne reviens pas sur ta décision, je te maintiendrai enfermé ici. Même toi tu ne voudrais pas disparaître avec tout. Cela rendrait futile ta tentative.
Schlangan : Effectivement. Cependant, tu as omis un détail important.

Schlangan disparut alors pour réapparaître derrière Zeit. La transperçant d'une main, il relâcha de l'énergie déinstégratrice, faisant complètement disparaître la gardienne du temps. Mais, celle-ci reparut tout de même peu après.

Schlangan : Oh ?
Zeit : La gardienne du temps existe à toutes les époques simultanément. Tu ne peux pas me faire disparaître.
Schlangan : Je m'en doutais, mais je tenais à vérifier. Après tout, si tu avais disparue avec le paradoxe, tu n'aurais pas pu m'empêcher d'aller le voir.
Zeit : Donc, vas-tu revenir sur ta décision ?
Schlangan : Tu le sais déjà. Tu sais également que tes pouvoirs ne sont pas miraculeux.

Schlangan leva une main, et fit apparaître une fracture dans l'espace étrange où il se trouvait. Un portail blanc se forma alors.

Schlangan : C'est bien comme ça que l'on crée un portail pour sortir, hein ?
Zeit : ... Oui.
Schlangan : A tout de suite.

Schlangan entra dans le portail, et se retrouva dans le couloir du temps. Alors qu'il marchait, il constata que Zeit le suivant. Schlangan remarqua alors que le couloir commençait à tourbillonner sur lui-même.

Schlangan : Intéressant. Je croyais que le paradoxe était contenu ?
Zeit : Il l'est, mais le point d'incidence est proche, de l'énergie filtre à travers.
Schlangan : C'est donc ici.

Schlangan tourna la tête et vit une des portes du temps fermée avec deux runes. Pour une fois, il ne pouvait pas voir ce qu'il y avait de l'autre côté.

Schlangan : Donc là le paradoxe est derrière ceci.
Zeit : Oui.
Schlangan : Donc cela veut dire que je dois revenir un petit peu avant, pour ne pas le croiser.
Zeit : ...
Schlangan : Je devrais peut-être même retourner plus tôt et tuer Neervana avant qu'il ne vienne sur Naycerl. Comme ça je ne me croiserai pas.
Zeit : Sauf que ta puissance actuelle est due à Neervana. Si tu l'empêches, c'est lui qui te tuera.
Schlangan : Dans ce cas, je n'ai pas le choix que de m'arrêter moi-même.
Zeit : Et donc tu ne changeras pas d'avis.
Schlangan : C'est évident.

Schlangan prit donc la porte à côté. Au moment où il toucha la porte, il eut un ressenti étrange, comme si une force de répulsion tentait de l'empêcher de l'ouvrir. Schlangan dégagea toutefois son énergie, et la porte se brisa, lui permettant de passer de l'autre côté. Il se retrouva donc au moment où Lauréline avait transpercé une deuxième fois Schlangan dans le dos, et qu'il venait de se retransformer.

Schlangan (passé) : Ha ! Tu veux jouer à ça ? Tu crois pouvoir me battre ? ME TUER ?!

Schlangan (passé) allait frapper Lauréline, mais Schlangan s'interposa alors et stoppa le coup. A ce moment, la planète se mit à trembler. Les couleurs s'effacèrent subitement, et le monde devint instantanément gris.

Schlangan (passé) : Hmm ? Qu'est-ce que ça veut dire ?
Schlangan : Je suis toi, venu t'empêcher de faire une boulette.
Schlangan (passé) : Ha ! Une boulette ? A mon niveau ?
Schlangan : Oui.

Voyant une opportunité, Lauréline tenta d'attaquer les deux Schlangan simultanément, mais elle se retrouva enfermée dans une pyramide d'énergie.

Schlangan (passé) : Ha ! Qu'est-ce que tu veux ? Non, qu'est-ce que je veux, devrais-je dire ?
Schlangan : A ce rythme, Lauréline va se faire tuer, et ce n'est pas ce que tu souhaites. Il te faut calmer le pouvoir du néant.
Schlangan (passé) : Bah ! Neervana est H.S. Il ne reste qu'à libérer Lauréline alors. Fais-le, moi !
Schlangan : Si je savais comment faire, cette situation ne se produirait pas.
Schlangan (passé) : Mais attend un peu, lorsque la protection de Chulbalji a sauté, la planète n'est pas devenue grise... Mais vu que je suis en deux exemplaires au même endroit... Ne serait-ce pas...
Schlangan : Le paradoxe temporel annoncé par Zeit, si.
Schlangan (passé) : Tsk. Pour qu'en vienne là, Lauréline a dû vraiment mourir, hein. Quelle plaie.
Schlangan : ... Je ne pensais pas être aussi désagréable sous l'effet du néant.

Les alliés de Schlangan observaient la scène sans comprendre ce dont il s'agissait. Mais, tous avaient compris que quelque chose d'extrêmement grave était en train de se produire.

Schlangan (passé) : ... Bon. Un paradoxe temporel, c'est peut être pire... Mais j'ai été obligé de m'avertir moi-même de ne pas tuer Lauréline... Comment ai-je pu faire cette boulette ?
Schlangan : Ton état d'excitation actuel t'empêche de retenir tes coups. Et...

Schlangan se retourna et envoya l'attaque désintégratrice droit sur Neervana, qui s'était retransformé. Neervana n'eut pas le temps d'esquiver, et fut déinstégré sur le champ.

Schlangan : Cet ahuri en était partiellement responsable.

La planète continua de trembler, et le ciel commença à se fracturer. Un éclair frappa un des Akasagangas, qui se désintégra aussitôt. La gardienne du temps apparut alors.

Schlangan (passé) : C'était quoi cet éclair ?
Schlangan : Aucune idée.
Zeit : Si le paradoxe n'est pas stoppé, tout sera annihilé également. Il faut que tu fasses demi-tour, Schlangan.
Schlangan : ... On ne peut pas éviter ça ?
Schlangan (passé) : Ha ! C'est moi le responsable du paradoxe ? Donc si je me tue, ça devrait passer !

Schlangan (passé) attaqua Schlangan, qui para le coup. Quelques échanges rapides se produisirent, mais les deux étaient bien évidemment de force égale. Pendant ce temps, des éclairs dévastateurs continuaient de s'abattre sur la zone.

Schlangan : Ne soit pas stupide. Je ne peux pas me faire tuer par moi-même.
Schlangan (passé) : Pourtant, ça résolverait le problème, non ?
Schlangan : Probablement pas...
Zeit : Oui, cela ne changera rien. Quoi que tu fasses, Lauréline ne pourra être sauvée.
Schlangan : ...

Schlangan lança l'attaque Ragnarok droit sur Zeit, l'emportant dans une gigantesque déflagration. Il se mit alors à rire.

Schlangan (passé) : Qu'est-ce qui te prend ? Tu dérailles ?
Schlangan : Non, mais je viens de réaliser qu'il y a plus simple. Autant laisser le paradoxe ici, et je sais comment sauver Lauréline.
Schlangan (passé) : Ah ?
Schlangan : Oui. Tu vas stopper le paradoxe en bloquant le temps combiné avec Kankin wo Mitomein.
Schlangan (passé) : Muh ? Pourquoi tu ne le ferais pas ?
Schlangan : Parce que cette version est en train de se détruire avec le paradoxe, il n'y a plus rien à sauver !
Schlangan (passé) : A cause de ta venue !
Schlangan : Bah, tu n'as pas le choix. Dans ton état d'excitation actuelle, je te donne... 5,4,3, 2, 1...

Schlangan claqua des doigts, et Schlangan (passé) perdit sa transformation. Il fut alors emprisonné avec une croix d'énergie à six barres.

Schlangan (passé) : NANI ?! Mais je me sens mieux tout à coup.
Schlangan : Hmf. Forcément, tu es redevenu normal.
Schlangan (passé) : Oui. Xiannui avait raison, ce pouvoir est trop dangereux.
Schlangan : Mouais. On peut dire ça.
Schlangan (passé) : Mais tu l'utilises différemment, au calme. Mais à y penser tout de suite, je n'irai pas créer un paradoxe comme ça.
Schlangan : Et donc ?
Schlangan (passé) : ... Et est-ce que tu te rends compte que tu n'es pas tout à fait moi non plus ?
Schlangan : Je sais. Perdre quelqu'un de proche peut parfois changer les gens.
Schlangan (passé) : ... Donc je vais devoir bloquer ce paradoxe temporel... Et ensuite ?
Schlangan : Je vais emmener Lauréline à la bonne époque. Comme ça elle sera sauvée.
Schlangan (passé) : Et que va-t-il advenir de ce monde ?
Schlangan : Cela devrait se résorber, je pense. Ou ce sera bloqué atemporellement. Tout ceci n'est qu'une version parallèle qui n'aurait pas dû exister.
Schlangan (passé) : Hmf. Ça ne me plaît pas trop, mais si ça peut sauver Lauréline...
Schlangan : Allez, c'est parti. J'ajouterai mon énergie au-delà de 20 zenos au sceau, histoire qu'il tienne.
Schlangan (passé) : Très bien.

Schlangan libéra son alter-ego passé, qui entreprit de créer le sceau demandé. La pyramide emprisonnant Lauréline fut également brisée, et Schlangan la mit K.O. d'un seul coup à la nuque, lui faisant perdre ses transformations instantanément.

Schlangan : Tsk. J'aurais dû penser à faire ça...
Schlangan (passé) : Bah, dans l'état précédent, ça ne nous est pas venu à l'esprit.
Schlangan : C'est bon, tout est prêt ?
Schlangan (passé) : Oui.
Schlangan et Schlangan (passé) : JIKÛ KANKIN WO MITOMEIN !

Les deux Schlangan lancèrent le sceau simultanément, et Schlangan entra dans une brèche temporelle, embarquant Lauréline. Il remarqua alors qu'il venait de rentrer par la porte présentant des runes. Zeit l'attendait de nouveau dans le couloir du temps.

Schlangan : Encore toi ? Le paradoxe a été contenu, ça devrait suffire, non ?
Zeit : Effectivement, le paradoxe est restreint. Mais à cause de celui-ci, personne ne peut voir l'avenir maintenant.
Schlangan : C'est à dire ?
Zeit : Cela veut dire que plus personne ne peut voyager dans le temps au-delà de l'époque du paradoxe. Tant que celui-ci existe.
Schlangan : Il y a un moyen de le supprimer ?
Zeit : Cela dépasse mes capacités en tant que gardienne. Peut-être trouveras-tu un moyen dans le futur, ou peut-être pas.
Schlangan : Les titans nous ont déjà fait changer de branche temporelle. Le sale gosse avait effacé deux ans en un instant.
Zeit : Oui. Mais il n'est pas passé par le couloir du temps. C'est une autre histoire.
Schlangan : ... Je vois. Mais peu importe, j'ai atteint mon objectif.
Zeit : Je te le redis, Schlangan. Quoi que tu fasses, Lauréline ne pourra être sauvée.
Schlangan : Hmfl. Nous verrons.

Schlangan décida de retourner à son époque, mais il constata qu'il devait passer par la zone distordue du couloir.

Schlangan : ... Je peux passer par là ?
Zeit : Oui. Mais pas Lauréline.
Schlangan : Nani...
Zeit : Son existence présente est liée au paradoxe. Mais si je te l'avais dit, tu ne m'aurais pas écoutée. De toute manière, la création du paradoxe était devenue inéluctable.
Schlangan : C'est pour ça que dès la première fois tu m'avais dit que tu interviendrais pour empêcher la création d'un paradoxe.
Zeit : Oui.

Schlangan resta muet quelques instants, fermant les yeux et semblant réfléchir.

Schlangan : Très bien. Dans ce cas, je sais déjà ce qu'il me reste à faire.

Schlangan s'avança dans la zone distordue, et constata que Lauréline devenait de plus en plus transparente à mesure qu'il avançait. Celle-ci finit par disparaître complètement, au moment où Schlangan sortit de la zone distordue. Le couloir du temps trembla, et se brisa au niveau de la zone précédemment tordue. Le couloir se brisa également en amont, au-delà de la porte d'où venait Schlangan.

Schlangan : Je vois.

Schlangan passa la porte, réapparaissant sur Naycerl, où le temps reprit son cours. Darkwolf ne fut pas surprise de le voir reparaître ainsi.

Darkwolf : Donc le couloir du temps est brisé.
Schlangan : Oui.
Darkwolf : Je t'avais prévenu. Que vas-tu faire maintenant ?
Schlangan : Il faut que je parle aux titans.



Suite au prochain chapitre

_________________
avatar
Schlangan
Légende de l'ombre
Légende de l'ombre

Masculin
Nombre de messages : 6481
Age : 31
Localisation : Naycerl
Alliance/Guilde : Ragnarok / Taihellef Wars
Date d'inscription : 03/02/2007

http://schlangan.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum